peng's FotoPage

By: peng huang

[Recommend this Fotopage] | [Share this Fotopage]
[Archive]
Sunday, 26-Aug-2012 22:58 Email | Share | | Bookmark
Impossible! s'écrièrent ensemble tous les convives

Impossible! s'écrièrent ensemble tous les convives.Eh bien, voilà justement ce qui m'amuse, dit MonteCristo. Je suis comme Néron: cupitor impossibilium; etvoilà, vous aussi, ce qui vous amuse en ce moment, voilà enfin ce qui fait que cette chair, qui peutêtre enréalité ne vaut pas celle de la perche et du saumon, va vous sembler exquise tout à l'heure, c'est que, dansvotre esprit, il était impossible de se la procurer et que cependant la voilà.Mais comment aton fait pour transporter ces deux poissons à Paris?Oh! mon Dieu! rien de plus simple: on a apporté ces deux poissons chacun dans un grand tonneau matelassé,l'un de roseaux et d'herbes du fleuve, l'autre de joncs et de plantes du lac; ils ont été mis dans un fourgon faitexprès; ils ont vécu ainsi, le sterlet douze jours, et la lamproie huit; et tous deux vivaient parfaitement lorsquemon cuisinier s'en est emparé pour faire mourir l'un dans du lait, l'autre dans du vin. Vous ne le croyez pas,monsieur Danglars?Je doute au moins, répondit Danglars, en souriant de son sourire épais.Baptistin! dit MonteCristo, faites apporter l'autre sterlet et l'autre lamproie; vous savez, ceux qui sont venusdans d'autres tonneaux et qui vivent encore. moncler lyon »Danglars ouvrit des yeux effarés; l'assemblée battit des mains. Le comte de MonteCristo, Tome III Quatre domestiques apportèrent deux tonneaux garnis de plantes marines, dans chacun desquels palpitait unpoisson pareil à ceux qui étaient servis sur la table.«Mais pourquoi deux de chaque espèce? demanda Danglars.Parce que l'un pouvait mourir, répondit simplement MonteCristo.Vous êtes vraiment un homme prodigieux, dit Danglars, et les philosophes ont beau dire, c'est superbe d'êtreriche.Et surtout d'avoir des idées, dit Mme Danglars. moncler fourrure Oh! ne me faites pas honneur de celleci madame; elle était fort en honneur chez les Romains, et Plineraconte qu'on envoyait d'Ostie à Rome, avec des relais d'esclaves qui les portaient sur leur tête, des poissonsde l'espèce de celui qu'il appelle le mulus et qui, d'après le portrait qu'il en fait, est probablement la dorade.C'était aussi un luxe de l'avoir vivant, et un spectacle fort amusant de le voir mourir, car en mourant ilchangeait trois ou quatre fois de couleur, et comme un arcenciel qui s'évapore, passait par toutes les nuancesdu prisme, après quoi on l'envoyait aux cuisines. Son agonie faisait partie de son mérite. Si on ne le voyait pasvivant, on le méprisait mort.Oui, dit Debray; mais il n'y a que sept ou huit lieues d'Ostie à Rome.Ah! ça, c'est vrai, dit MonteCristo; mais où serait le mérite de venir dixhuit cents ans après Lucullus, si l'onne faisait pas mieux que lui?»Les deux Cavalcanti ouvraient des yeux énormes mais ils avaient le bon esprit de ne pas dire un mot. moncler angers «Tout cela est fort aimable, dit ChâteauRenaud cependant ce que j'admire le plus, je l'avoue, c'est l'admirablepromptitude avec laquelle vous êtes servi. N'estil pas vrai, monsieur le comte, que vous n'avez acheté cettemaison qu'il y a cinq ou six jours?Ma foi, tout au plus, dit MonteCristo.Eh bien, je suis sûr qu'en huit jours elle a subi une transformation complète; car, si je ne me trompe, elleavait une autre entrée que celleci, et la cour était pavée et vide, tandis qu'aujourd'hui la cour est unmagnifique gazon bordé d'arbres qui paraissent avoir cent ans.Que voulezvous? j'aime la verdure et l'ombre, dit MonteCristo.En effet, dit Mme de Villefort, autrefois on entrait par une porte donnant sur la route, et le jour de mamiraculeuse délivrance, c'est par la route, je me rappelle, que vous m'avez fait entrer dans la maison.Oui, madame, dit MonteCristo; mais depuis j'ai préféré une entrée qui me permît de voir le bois deBoulogne à travers ma grille.


Saturday, 25-Aug-2012 03:41 Email | Share | | Bookmark
Il me semble d'ailleurs doudouneenfant moncler

Il me semble d'ailleurs, dit Danglars avec un ton bourru mal déguisé par son sourire épais, que vous en avezassez comme cela de chevaux.»Ce n'était pas l'habitude de Mme Danglars de laisser passer de pareilles attaques sans y riposter, et cependant,au grand étonnement des jeunes gens, elle fit semblant de ne pas entendre et ne répondit rien.MonteCristo souriait à ce silence, qui dénonçait une humilité inaccoutumée, tout en montrant à la baronnedeux immenses pots de porcelaine de Chine, sur lesquels serpentaient des végétations marines d'une grosseur Le comte de MonteCristo, Tome III et d'un travail tels, que la nature seule peut avoir cette richesse, cette sève et cet esprit.La baronne était émerveillée.«Eh! mais, on planterait làdedans un marronnier des Tuileries! ditelle; comment donc aton jamais pu fairecuire de pareilles énormités?Ah! madame, dit MonteCristo, il ne faut pas nous demander cela à nous autre faiseurs de statuettes et deverre mousseline; c'est un travail d'un autre âge, une espèce d'oeuvre des génies de la terre et de la mer.Comment cela et de quelle époque cela peutil être?Je ne sais pas; seulement j'ai ouï dire qu'un empereur de la Chine avait fait construire un four exprès; quedans ce four, les uns après les autres, on avait fait cuire douze pots pareils à ceuxci. moncler doudouneenfant
Deux se brisèrent sousl'ardeur du feu; on descendit les dix autres à trois cents brasses au fond de la mer. La mer, qui savait ce quel'on demandait d'elle, jeta sur eux ses lianes, tordit ses coraux, incrusta ses coquilles; le tout fut cimenté pardeux cents années sous ses profondeurs inouïes, car une révolution emporta l'empereur qui avait voulu fairecet essai et ne laissa que le procèsverbal qui constatait la cuisson des vases et leur descente au fond de la mer.Au bout de deux cents ans on retrouva le procèsverbal, et l'on songea à retirer les vases. Des plongeursallèrent, sous des machines faites exprès, à la découverte dans la baie où on les avait jetés; mais sur les dix onn'en retrouva plus que trois, les autres avaient été dispersés et brisés par les flots. J'aime ces vases, au fonddesquels, je me figure parfois que des monstres informes, effrayants, mystérieux, et pareils à ceux que voientles seuls plongeurs, ont fixé avec étonnement leur regard terne et froid, et dans lesquels ont dormi desmyriades de poissons qui s'y réfugiaient pour fuir la poursuite de leurs ennemis.»Pendant ce temps, Danglars, peu amateur de curiosités, arrachait machinalement, et l'une après l'autre, lesfleurs d'un magnifique oranger; quand il eut fini avec l'oranger, il s'adressa à un cactus, mais alors le cactus,d'un caractère moins facile que l'oranger, le piqua outrageusement. doudoune moncler enfants Alors il tressaillit et se frotta les yeux comme s'il sortait d'un songe.«Monsieur, lui dit MonteCristo en souriant, vous qui êtes amateur de tableaux et qui avez de si magnifiqueschoses, je ne vous recommande pas les miens. Cependant voici deux Hobbema, un Paul Potter, un Mieris,deux Gérard Dow, un Raphaël, un Van Dyck, un Zurbaran et deux ou trois Murillo, qui sont dignes de vousêtre présentés.Tiens! dit Debray, voici un Hobbema que je reconnais.Ah! vraiment!Oui, on est venu le proposer au Musée.Qui n'en a pas, je crois? hasarda MonteCristo. doudouneenfant moncler
Non, et qui cependant a refusé de l'acheter.Pourquoi cela? demanda ChâteauRenaud.Vous êtes charmant, vous; parce que le gouvernement n'est point assez riche.Ah! pardon! dit ChâteauRenaud. J'entends dire cependant de ces choseslà tous les jours depuis huit ans, etje ne puis pas encore m'y habituer. Le comte de MonteCristo, Tome III Cela viendra, dit Debray.


[Archive]

© Pidgin Technologies Ltd. 2016

ns4008464.ip-198-27-69.net